Passer au contenu principal

Retour au travail

Eh bien voilà.  De retour au travail après un an en la plus belle compagnie du monde, mon coco. Ce n’est pas une mauvaise chose pour mon cerveau qui devenait peut-être un tout petit peu paresseux malgré lui. Je vis moins bien de laisser mon enfant à la garderie 5 jours sur 7. 
Heureusement, mon conjoint ne travaille pas le vendredi la plupart du temps, alors peut-être que Loulou ira seulement 4 jours.  Et puis je peux toujours demander à mamie de le prendre une journée de temps en temps, ce qui réduit le temps passé à la garderie.  Et puis peut-être que je pourrais faire modifier mon horaire pour ne pas travailler les lundis mais travailler les samedis… ouin mais là je n’aurai plus de vie de couple, ni sociale… mais la vie sociale est déjà perdue, right? Retour au travail après un premier bébé, reste plus de jus pour faire de quoi la fin de semaine sauf sauver ta vie en te tapant une semaine de repas le dimanche. Je dramatise pour imager. 

Faut croire que je ne suis pas assez zen pour vivre avec moins de confort en réduisant ma semaine de travail et mes revenus.  Le problème c’est qu’il faut choisir. Plus souvent avec ses enfants, moins d'argent; moins de temps, plus de sous.

Solution peu coûteuse, dédramatiser en raisonnant :
1- J’ai bien choisi la garderie, j’ai confiance qu’il est stimulé et en sécurité.
2- Il fait un gros dodo d’après-midi, donc il passe moins de temps conscient qu’il n’est pas avec nous (celle-là passe difficilement)
3- En étant bien organisée, je peux passer du temps de qualité avec mon fils le soir et les fins de semaines (c’est pas pathétique, hein?)
4- Je m’ennuie.
5- Bon ça marche pas s’te liste-là.

Quoi de mieux qu’un bon chat entre amis :
Ami: le 1er matin où tu vas te battre avec pour qu'il mette ses cliss de bottes.....   
Moi: je vais t'écrire promis
à date ça va mais je pense à revirer le siège de bord pour éviter la crise du "je wériencolikmaman"quand je l'asseois dans son siège
Ami: lol!!
Moi: qui va de paire avec le "yapadplasspouléjamb"
Ami: lol!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Moi: pis le "latukdinzieuahmamannnnnnnnnnnnnnn"

Bon, j’ai ri un peu.  C'est le premier jour, ça va aller de mieux en mieux.
Toutes les femmes me disent : « Ça va s’améliorer, tu vas voir, tu vas t’habituer. » Le pire dans tout ça c’est qu’on s’habitue vraiment, dans la plupart des cas. On a un super bon régime de congé de maternité et parental au Canada, sérieusement.  Je ne crache pas sur le pain.  J’essaie d’imaginer ce que ce serait, parcontre, si on permettait aux parents de travailler 3 jours par semaine au lieu de 5, avec un salaire similaire, pour élever son enfant pour les 2ieme et 3ieme années.

Qu’est-ce que ça coûterait à l’état, en considérant entre autres les coûts associés aux garderies subventionnées, les retours d’impôts et l’administration de ces programmes?
Rêvons un peu et disons qu’un parent par famille, par enfant, pourrait obtenir une compensation de l’état pour les deux jours par semaine où il s’occuperait de son enfant et ne l’enverrait pas à la garderie. Seulement pour les parents intéressés, bien sûr.  Imaginons que l’employeur soit tenu d’accommoder son employé en ce sens.
Est-ce que ce ne serait pas bénéfique pour :
1- La conciliation travail-famille?
2- Le désengorgement des services publics?
3- La création de places en garderies?
4- La gestion des absences au travail?
5- La productivité des employés-parents?
6- Le maintien d’une économie forte?
Je me demande simplement.  Je n’ai ni les compétences ni les connaissances actuellement pour débattre de cette suggestion, mais je m’interroge sur la façon dont NOUS (les parents, les familles, les gouvernements) réfléchissons à cette situation. Comment voulons-nous, comme société, regarder grandir nos petits amours?

Partagez si vous avez les mêmes questionnements, réagissez à cet article pour montrer que vous êtes là et que vous croyez que les mentalités peuvent s'ouvrir et changer. Peut-être que ça fera assez de chemin pour être entendu et étudié.

❤Dee

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

La mort, le deuil, la vie.

Ce soir, j'ai participé à un événement pour encourager un organisme qui vient en aide aux jeunes qui vivent le deuil d'un parent.  C'était un souper spaghetti tout ce qu'il y a de commun dans le milieu, mais le sujet m'a touché personnellement puisque j'ai tout récemment perdu une figure de mère. J'ai encore ma mère près de moi, mais en cumulant les deuils d'autres proches, j'apprends que la vie est volage.  Elle se donne et s'arrache aux grés de ses caprices et personne, pas même les meilleurs médecins, n'y peuvent quoi que ce soit.  Elle est libre et détermine arbitrairement le début et la fin, donnant la main à la mort au moment choisi, comme dans une course à relais.

Je ne sais pas ce qui se passe au moment de mourir ou après que notre décès soit constaté.  Je n'ai pas de diplôme en théologie mais je refuse de croire que c'est le noir complet.  Tout ça pour ça, non, sérieusement? Non, merci.
La personne dont je parle en intro a ét…

Le courage du peureux

Je me suis souvent surprise à admirer les autres pour leurs capacités à passer à travers les épreuves avec beaucoup de dignité.  Ils me semblaient solides comme le roc, sans peur.  Je me disais qu'ils étaient beaucoup plus courageux que je ne l'avais jamais été.
Il y a 4 mois et demi, j'ai mis au monde un magnifique petit garçon.  Je me suis concentrée sur ce changement dans ma vie et j'ai fait tout ce qu'il y avait à faire.  Je me suis complètement mise de côté, j'ai donné sans compter, parfois jusqu'à m'épuiser.  Je vous fais une confidence.  Il m'est arrivé de me demander: «Mais à quoi est-ce que j'ai pensé?  Je ne serai jamais capable d'y arriver.  J'ai un bébé «facile» et je rush comme une folle, comment elle font les autres mamans?!» Et puis je me suis roulée en boule et j'ai pleuré jusqu'à ce que mes yeux gonflent et deviennent trop secs pour pleurer encore. Quand j'avais fini, je me relevais et je retournais m'occ…